23 mai 2018

Réalisation d’une piscine : zoom sur une réalisation en autoconsommation

1,9 million : c’est le nombre de piscines en France ! Soit une pour 38 habitants. Avec une progression de 20% par rapport à l’hiver dernier, le marché se porte bien : l’hexagone est premier au niveau européen et deuxième au niveau mondial, derrière les Etats-Unis.*

 

En 10 ans, le marché s’est démocratisé : les piscines sont aujourd’hui plus abordables, plus petites, avec des bassins plus confortables. Avec 40% des français qui souhaitent acquérir une piscine, les fabricants font des efforts de recherche et développement pour s’adapter à la demande des consommateurs.

Pour réduire les coûts, il est également possible de construire soi-même sa piscine ! L’UNICEM PACA est allé à la rencontre d’un projet réalisé.

Le projet :  réaliser une piscine de 20 mètres de long sur 3,5 mètres de large, accolée à la terrasse et de la même longueur que la façade de la maison (20 mètres de longueur).

Principale contrainte :  la maison et la terrasse étant de plein pieds, la piscine devait s’inscrire dans cette lignée et sans différence de niveau.

Les matériaux : des blocs à bancher avec système Alphabloc®  de Fabemi, pour une structure monobloc. Ils permettent de réaliser, en une seule opération, la jonction radier/mur en bloc de coffrage.Pourquoi ce produit ?

  • Un rapport qualité/prix/durabilité intéressant.
  • Une garantie de longévité de la construction.
  • Une manutention réalisable par des particuliers bricoleurs.
  • Un système final monobloc, évitant les reprises de bétonnage et permet une seule amené/repli de pompe/toupie.
  • Un ferraillage radier/mur fabriqué sur-mesure (après une étude béton), évitant de lier les ferrailles.
  • Un assemblage pré-formaté rassurant pour des particuliers non professionnels, permettant de maîtriser le montage.

Au total, la réalisation de cette piscine a nécessité 700 blocs à bancher, 140 agglos Alphabloc (25 centimètres de large), 3 tonnes de ferrailles, 5 tonnes de sable et 25 sacs traditionnels de ciment !

Avant de se lancer dans l’autoconstruction de la piscine, les propriétaires ont fait réaliser une étude de sol ainsi qu’une étude béton. Objectif : garantir l’unité et la solidité de l’ensemble.

Au menu des travaux :

  • Terrassement
  • Lit de ballast de 20 centimètres de hauteur à compacter sur l’ensemble du fond de forme de la piscine.
  • Un béton maigre pour servir de béton de propreté.

 

 

 

 

Après avoir – pendant plusieurs semaines – disposé les alphablocs avec les bonnes ferrailles, fixé les pièces à sceller et poser les treillis soudés, il ne restait plus qu’à réaliser le coulage.

A l’aide d’une pompe de 19 mètres, d’une équipe de 5 personnes armées de 2 aiguilles vibrantes, de truelles, de râteaux et d’une règle maçon de 3,4 mètres, le coulage a été effectué dans les règles de l’art, après 4 heures et demi de travail !

Désormais, les propriétaires peuvent pleinement profiter de leur piscine avec la fierté de se dire… « c’est moi qui l’ai fait ! ».

Ils sont d’ailleurs très satisfaits du résultat : « Les blocs à bancher B25GS0 et les alphablocs sont facilement maniables, pour les hommes comme pour les femmes. Avec ce mode de construction monobloc, nous étions rassurés et confiants à chaque étape de la construction.

Réaliser une piscine de 20 mètres est un projet un peu fou, demandant des semaines d’investissement. Pour s’assurer d’un travail de qualité, une étude béton de qualité, avec un plan de ferraillage associé, est indispensable. C’est elle qui donne les bases et détermine les travaux à réaliser. Aujourd’hui, nous profitons de notre piscine du printemps à l’automne…

Est-ce que tout le monde peut se lancer ? Oui, à condition d’être un minimum équipé (lazer avec mire, fil à plomb, etc.) et avoir des techniques de maçonnerie ! ».



Sources de l’article :
* https://www.batiactu.com/edito/chiffres-piscines-france-50145.php
http://www.lepoint.fr/economie/boom-du-marche-de-la-piscine-en-france-16-11-2017-2172774_28.php